Les migrateurs

Les migrateurs oiseau

titrepoemes titre

 Nous sommes tous des migrants, mais nous n’avons plus d’ailes

Baignant dans l’atmosphère d’un monde fatigué

Des poulets d’élevage se prenant pour des aigles

Couverts des droits de l’homme, rêvant de liberté.

Alors une fois par an, au moment des vacances,

Nous partons à grands frais vers les cinq continents

Sans raisons, sans donner sens à notre mouvance

Seulement l’illusion d’être dans le mouvement.

Si un jour, au hasard de mon itinéraire,

Pour m’enfermer en cage, les ailes on me coupait,

Je me réfugierais dans mon imaginaire

Dans me tête peut-être que je voyagerais

Et s’il me reste une plume, je me la taillerais,

Et du sang de mes veines, de l’encre je ferais

Pour écrire des poèmes ou des chansons d’amour

Pour les femmes qui m’aiment, ou qui m’aimeront un jour.

 

Paul Burban – Les comtes catalytiques

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Deux ans au soleil |
Ragman en voyage |
Le pays des neiges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au bout du monde
| un an au pays des tacos
| A Canadian Adventure