Témoignage

 

hommes dans une barquepic 2

 Témoignage de Joäo,  Directeur de coopérative en Amazonie
Le 28 avril 2011

Alors voilà Irène, la ville où je vis est de grande taille, s’étendant sur environ 8.500 km2 avec 30.000 habitants originaires de plusieurs états du Brésil.
Machadinho d’Oeste est située dans l’Etat de Rondonia.
carte du Brésilcarte du Brésil

Comme dans toutes les autres villes, ici aussi nous sommes confrontés à des problèmes de violence et au manque de structures d’assainissement, peut être en raison d’une lacune des pouvoirs publics envers la population.

Machadinho ainsi que deux autres municipalités sont des villes importantes juste après Porto Velho qui est la capitale de l’Etat de Rondonia.

Elle compte 17 réserves éparpillées dans la municipalité, presque toutes occupées par les récoltants de latex. Les eaux de ces réserves dépassent 100.000 hectares, toutes ont des forêts natives, peuplées de différentes espèces d’animaux.

Notre contrée est traversée par de grands fleuves comme le fleuve Machadinho, d’où vient le nom de notre ville.

Le climat de notre région est semi aride.

Voici mes horaires de travail. Je commence à 7 heures du matin et je termine à 19 heures.

Je dirige la coopérative des seringeuiros de la forêt de Rondonia. Elle a été créée en 2004 pour aider dans l’organisation et la commercialisation de la production de latex de notre région. Depuis sa création, son but est d’améliorer les conditions de vie du seringueiro. Avec cet objectif, le seringueiro a la possibilité de vendre les produits qu’il récolte dans la forêt comme les semences des arbres, le latex, l’açai, le copoaba et le tissu de la forêt, principale activité de la coopérative.

Ainsi nous poursuivons notre tâche dans un esprit qualitatif et de responsabilité socio-économique, en préservant l’environnement, en respectant les cultures traditionnelles, en gérant et en fixant les seringueiros dans la forêt, en évitant leur migration vers les grands centres urbains.. Telles sont les caractéristiques du tissu de la forêt.

Par ailleurs, la coopérative ne parvient pas à décoller en termes de volume de production et de commercialisation, et ce en raison de différents facteurs.

Les principales difficultés que nous rencontrons sont : peu de moyens financiers ne nous permettant pas d’avoir un stock suffisant minimum nécessaire au flux commercial ; difficultés dans la production de grandes étoffes en tissu de la forêt par manque de ressources, qui rendent impossible le stock de latex dans les périodes de faible production ; instabilité des associés dans la production, également par manque de moyens, ne permettant pas de payer au comptant la marchandise apportée par les seringueiros.

Le tissu de la forêt est fabriqué par la personne qui travaille et vit dans les réserves situées à proximité de Machadinho. Ce sont des hommes qui récoltent le latex au milieu de la forêt et le transforment de manière artisanale en tissu de la forêt. Ce sont des seringueiros qui fabriquent l’étoffe par un processus de vulcanisation, c’est à dire de défumation du latex pour le transformer en tissu de la forêt. Ces récoltants ou seringueiros font des petites entailles dans les troncs des hévéas des réserves pour en retirer le latex. Le latex est recueilli dans des récipients spécifiques pour le transformer en tissu de la forêt.

Les seringueiros travaillent dans le respect de l’environnement pour ne pas détruire l’arbre qui leur apporte leur pain quotidien.

Le tissu de la forêt est conçu de manière totalement artisanale garantissant la continuité de la forêt. Ce produit aide la famille à vivre. Avec le tissu de la forêt on fabrique des sacs, des vestes, des chapeaux, des ceintures, des bijoux, des accessoires et des sacoches pour ordinateurs.

Pour le seringueiro récoltant, qui vit constamment dans la forêt, des difficultés existent en termes de soutien du gouvernement fédéra,, de l’état et de la municipalité. La plupart d’entre eux n’ont pas de retraite, ne sont pas reconnus dans leur activité de récoltants et de seringueiros que l’on appelle également le soldat du caoutchouc. Ce sont eux qui ont le plus de préjudices.

Dans les réserves où ils vivent, il n’y a pas toujours de routes et il est souvent impossible de circuler en voiture. 95% des réserves n’ont pas d’électricité. Les responsables de l’installation de l’énergie électrique ne veulent pas l’apporter et les organes environnementaux rendent difficile l’arrivée de l’électricité dans les réserves.

Seuls les peuples des forêts peuvent protéger les forêts, survivre au milieu des difficultés, affronter les adversités les plus diverses, lutter avec amour pour la terre et ses multiples beautés naturelles. Ce sont des passionnés de la grandiose beauté de la biodiversité du monde. Nous seringueiros / récoltants voulons faire de l’intégrité de la forêt native notre « gagne pain » , pour nous, pour nos enfants et pour nos petits-enfants.

Irène voilà un témoignage de ce que nous vivons ici.
J’espère répondre à tes attentes.

légende
carte n° 1:L’Amazonie brésilienne compte 3.581 Km2, ce qui correspond à 42,07% du pays. Ce que l’on appelle l’Amazonie légale est encore plus vaste, couvrant 60% du territoire et une superficie totale de cinq millions de Km2. L’Amazonie comprend les Etats brésiliens de Amazonas, Acre, Amapá, ouest du Maranhão, Mato Grosso, Rondônia, Pará, Roraima et Tocantins.
carte n° 2 : localisation de l’etat de Rondonia

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Deux ans au soleil |
Ragman en voyage |
Le pays des neiges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au bout du monde
| un an au pays des tacos
| A Canadian Adventure