Le mythe du « Poumon du Monde »

mythe et réalité

Amazonie : situation, déforestation, le mythe du « poumon du monde »

extrait du mémoire « Amazonie : perspectives d’avenir » , Irène Danon, juin 1989

L’Amazonie est souvent identifiée à la région équatoriale couverte de forêts du bassin de drainage du fleuve Amazone. Le fleuve parcourt 6577 Km d’Ouest en Est et draine un bassin d’environ 6 millions de km2. La région comprend tout le nord du Brésil, la Guyane française, le Suriname, l’est et le sud du Venezuela, le sud-est et le sud de la Colombie, l’est de l’Equateur, l’est du  P&roue, le nord de la Bolivie.

Le concept d’Amazonie est peu précis car au-delà de la forêt comme unité de paysage naturel, une « Amazonie légale » a été créée par le Gouvernement brésilien en 1966. Une immense région qui couvre une superficie de 5 033 072 km2, c’est-à-dire plus de 59 % du territoire national. Définie par la législation l’Amazonie légale comprend les Etats de l’Acre, du Para (capitale Belém), de Rondônia, de Amazonas (capitale Manaus), de Roraima, d’Amapa, ainsi que le nord de l’Etat du Mato Grosso (au nord du 16ème parallèle) ,  le nord de l’Etat de Goias (au nord du 13ème parallèle), l’ouest de l’Etat de Maranhäo (à l’ouest du 44ème méridien).

Un climat chaud et humide prédomine en Amazonie, favorisant des sols profonds, acides, de faible fertilité chimique. Ces sols constituent la forêt de terre ferme et représentent plus de 80% de l’Amazonie.

Il est difficile de mesurer avec précision l’ampleur de la dévastation en Amazonie. À partir des mêmes données (images fournies par les satellites américains), les spécialistes ne fournissent pas le mêmes chiffres. Ceci provient certainement du fait qu’il faut distinguer le déboisement de l’Amazonie légale du déboisement de l’Amazonie proprement dite. L’Amazonie légale comprend une région de végétation moins luxuriante (les Cerrados). On estime qu’au total 15% de l’Amazonie légale serait détruite alors que 10% de la forêt proprement dite serait dévastée. L’ampleur de la déforestation concerne davantage la région pré amazonienne que la forêt primaire.

La situation n’étant pas irréversible il faut s’attacher à repenser des développements soutenables à long terme en Amazonie.

Il y a cependant un manque d’information lorsque l’on affirme que la forêt amazonienne est le « poumon du monde ». Basé sur une interprétation partielle de la réalité qui voyait dans la forêt une énorme source d’oxygène pour le monde, le thème a servi d’argument contre la déforestation. C’est le drapeau brandi par des centaines de mouvements écologiques et qu’ont repris les médias toujours avides de sensationnel. Comme si la menace de la disparition d’un patrimoine biologique tellement riche n’était pas suffisamment effrayante !

En fait on estime que la forêt amazonienne est en état de « climax », c’est-à-dire qu’elle a atteint un état de maturité caractérisé par un équilibre dynamique entre la production et la consommation d’oxygène. En d’autres termes la forêt consomme tout l’oxygène qu’elle produit L’oxygène libéré dans l’activité de photosynthèse est réutilisé par les propres plantes et par les autres organismes vivants de l’écosystème.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Deux ans au soleil |
Ragman en voyage |
Le pays des neiges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au bout du monde
| un an au pays des tacos
| A Canadian Adventure