Bijoux du Brésil écologiques faits main en Amazonie

collier d'Amazonie

« Biojoias »  d’Amazonie

Proche de la ville de Belém (Etat du Para) dans le delta de l’Amazone  se trouve une grande entreprise qui commercialise les produits naturels d’Amazonie en partenariat avec les coopératives locales : fruits et huiles, entre autres açai, acerola, bacuri, camu camu, noix du Brésil, buriti, copaiba, tucuma, murumuru, pegui, jaboticaba, sous forme de pulpe, purée, poudre, extrait concentré.

Deux femmes courageuses sont à l’initiative de ce travail, Joziane et Fernanda. Elles vivent en Amazonie. Elles travaillent dans le respect de la culture locale, en garantissant un revenu de production aux populations traditionnelles, créant un pont entre la Nature et l’Humanité,  la conscience de durabilité  en Amazonie.

Voici quelques photos des artisans des bijoux en açai et autres semences amazoniennes.

artisans d'Amazonie

artisans d’Amazonie

artisans d'Amazonie

artisans d’Amazonie

artisans d'Amazonie

artisans d’Amazonie

artisans d'Amazonie

artisans d’Amazonie

Je suis en permanent contact avec Fernanda et Joziane qui m’ont permis de découvrir l’artisanat écologique d’Amazonie : les « biojoias » ou bijoux bio.

Ce sont des pièces délicatement faites à la main par des femmes très modestes de la région. Joziane et Fernanda les appelent « as meninas do artesanato » (les filles de l’artisanat).

Je viens de recevoir ces bijoux dont voici des photos,  pour le plaisir des yeux.

 Si vous souhaitez commander l’un de ces bijoux, vous pouvez vous rendre sur le site

MIQUINHOS by ETSY

colliers d'Amazonie

colliers d’Amazonie

collier d'Amazonie

collier d’Amazonie

collier d'Amazonie

collier d’Amazonie

collier d'Amazonie

collier d’Amazonie

collier d'Amazonie

collier d’Amazonie

bracelets d'Amazonie

bracelets d’Amazonie

bracelet d'Amazonie

bracelet d’Amazonie

 

bracelet d'amazonie

bracelet d’Amazonie

 

bracelet d'Amazonie

bracelet d’Amazonie

bracelet d'Amazonie

bracelet d’Amazonie

bracelet d'Amazonie

bracelet d’Amazonie

parure d'Amazonie

parure d’Amazonie

collier d'Amazonie

collier d’Amazonie

Ces bijoux sont tous faits avec des semences naturelles de la forêt amazonienne. Certains en graines d’açai, d’autres avec des semences moins connues que je vous présente plus en détail.

Les semences amazoniennes utilisées dans la fabrication artisanale des bijoux bio

Açaí

Nom scientifique: Euterpe oleracea

Connu par les indigènes comme « içá-çai », le fruit qui pleure.

Le palmier açai a de grandes feuilles qui peuvent atteindre 2 mètres. Le palmier a une hauteur de 20 à 25 mètres. Principalement de septembre à janvier des grappes de petites fleurs jaunes prédominent.

Les semences d’açai sont utilisées dans l’artisanat amazonien de la bijouterie, après être passés par un processus d’immunisation contre le micro organismes..Les semences sont trempées dans une solution chimique pendant une heure. Pour les colorer on utilise des pigments naturels, qui sont anti-allergènes. Les tailles des semences d’açai varient entre 0,05mm et 0,13 mm après que l’on ait retiré leur écorce. Le bijou a une longue durée de vie lorsqu’il est préservé de l’humidité. Pour conserver la beauté de vos bijoux en açai, ne les nettoyez jamais avec un produit chimique, frottez les simplement avec un chiffon doux et ils retrouveront tout leur brillant d’origine.

Autres semences amazoniennes utilisées

Jarina

Nome científico: Phytelephas Macrocarpa

La jarina, apparaît spontanément dans diverses régions tropicales du monde. Au Brésil on la trouve dans toute l’Amazonie, principalement dans le Sud-est de l’Etat d’Amazonas et dans l’Etat de l’Acre. Elle ressemble à l’ivoire animal des éléphants. Malgré la dureté de la semence de jarina se travaille artisanalement. Elle est connue du grand public comme ‘l’ivoire végétal . Ce nom fait aussi référence aux fruits, dont l’écorce est tellement dure que lorsqu’ils sont mûrs même les animaux ne parviennent pas à casser la noix.

La jarina est un palmier qui pousse lentement, pouvant atteindre plus de cent ans d’âge.

Un ivoire végétal avec un tronc de 2 mètres de haut  a au moins 35 à 40 ans d’âge. Juste sous les feuilles poussent de grands agglomérats fibreux pesant 10 kilos et formés de fruits compacts.

La jarina atteint 5 mètres de haut. Elle a de nombreuses racines et des fleurs exhalant un fort parfum. Chacun de ses fruits peut peser 12 kilos et contient entre 4 et 9 semences. Les cavités des semences contiennent un liquide rafraichissant, proche de l’eau de la noix de coco. Le fruit murissant, ce liquide se transforme en une gélatine douce et comestible. Puis cette gélatine devient  une substance blanche et dure, très ressemblante à l’ivoire d’origine animale.

En Amazonie, ce palmier est utilisé par les populations locales dans la construction civile, pour les toits des maisons. C’est aussi un aliment pour les hommes et les animaux quand le fruit n’est pas encore mûr, ainsi que pour la confection de fibres comme les cordes. La partie la plus utilisée de la jarina est la semence, pour les ornements, les boutons et les bijoux. La jarina ou « tagua » comme elle est connue dans les pays de langue espagnole, était travaillée traditionnellement par les indiens depuis l’époque pré colombienne. Ils en retiraient les semences pour la fabrication de colliers. Ces bijoux symbolisaient la longévité, en rapport avec la lenteur de croissance de la plante. Certains buvaient également le liquide laiteux et doux des semences et utilisaient les feuilles de jarina pour faire du thé, un médicament efficace contre les morsures de serpent. Encore aujourd’hui la médecine traditionnelle  populaire l’utilise de cette façon.

La jarina est probablement la semence la plus noble d’Amazonie dans la confection des « biojoias » (bijoux écologiques). Son utilisation s’insère dans la politique de développement respectueux de l’environnement, comme substitut à l’ivoire animal, à même de faire disparaître le commerce de ce dernier. La jarina inspire les artisans et les sculpteurs qui la transforment en petites œuvres d’art. Les miniatures sculptées dans la jarina représentent le plus souvent les animaux de la forêt amazonienne, formant des pièces minuscules que l’on utilise comme pendentifs. La variété des créations est infinie et là entre en jeu le don, le talent et la créativité de chaque artiste qui va utiliser la semence entière ou en morceaux. La jarina a une forme arrondie de la taille d’un œuf.

Avec la menace de l’extinction des éléphants la production de jarina a été reprise ces dernières 25 années, une bonne alternative à la production d’ivoire.

Saboeiro

nom en latin Sapindus saponaria signifie savon intelligent.

Certaines tribus indiennes connaissaient déjà la valeur de cette plante et l’utilisaient pour se laver. D’origine brésilienne elle pousse dans les régions tropicales d’Amérique centrale. Elle est également connue sous de nom de fruit savon ou arbre savon.

Cet arbre grandit rapidement. Deux ans après sa plantation, elle produit des fruits contenant des substances ayant des propriétés similaires au savon.

L’arbre peut mesurer jusqu’à 9 mètres de hauteur, existant dans le paysage urbain, utilisé dans la construction civile, dans l’artisanat.

Cette plante a également des propriétés médicinales, servant à la fabrication de calmants ; diurétiques, expectorants, toniques, médicaments pour la purification du sang, , coliques utérines, épilepsie, cataracte. Les fruits, contenant de la saponine,  servent à laver les vêtements. Les semences sont utilisées dans l’artisanat.  C’est l’une des espèces les plus cultivées pour l’arborisation des villes brésiliennes.

Les semences noires et dures sont principalement utilisées dans la fabrication de beaux colliers et bracelets. Dans certaines villes la coupe de cet arbre est interdite pour ne pas retirer de la nature la beauté et l’utilité propres à cette plante.

L’arbre savon a un pouvoir insecticide et est utilisé dans la préservation des cultures. L’insecticide peut être fait directement en broyant les fruits avec de l’eau. 200 grammes de fruit sont suffisant pour donner 20 litres de pulvérisateur.

Murumuru

Nom scientifique: Astrocaryum murumuru

Le palmier murumuru est typique des régions de la forêt primaire, aussi bien de terre ferme que des marais. Il est très présent en Amazonie brésilienne jusqu’à la frontière avec la Bolivie et le Pérou Ce palmier épineux est reconnaissable à distance par ses grandes feuilles de couleur blanches sur la face intérieure.

L’arbre pousse spontanément dans les forêts du Para et est très fréquente sur l’île de Marajo.

Cet arbre peut atteindre 10 mètres de haut. Le tronc, les feuilles et les fruits sont couverts d’épines noires, dures et résistantes. Pouvant atteindre plus de 20 cm de longueur sur le tronc   Quand le fruit est mûr toute la grappe tombe au sol. Le fruit est recouvert d’une pulpe jaune bien appréciée par les rongeurs, qui laissent la graine toute propre. Autre caractéristique : les grappes de fruits croissent orientées vers le haut.

Le fruit du murumuru est de coloration rouge lorsqu’il est mûr.  Sa graine est une amande dure entourée d’une pulpe  jaune, comestible, légèrement sucrée. Son odeur et son goût sont proches de ceux du melon.  L’amande du murumuru est assez huileuse et également comestible, surtout utilisée dans la fabrication de margarine.

Le murumuru est une grande semence au format de goutte allongée, dont la taille varie, en moyenne 5 cm de longueur et 2,5 de largeur. Sa couleur est noire avec des stries dorées.. C’est une belle semence que l’on utilise comme pendentif.

Le murumuru est riche en acide oléique et possède une action nutritive et émolliente pour les cheveux

Jatobá

Nom scientifique: Hymenaea courbaril

L’arbre de Jotoba, de la famille des légumineuses, est originaire de l’Amazonie et de la Mata Atlantica, depuis l’Etat du Piaui jusqu’au nord du Panama, sur des terres fermes au sol argileux. Le nom populaire Jotoba est originaire de la langue indienne des guaranis et signifie « feuille dure » ou « arbre aux fruits durs ».

Cet arbre peut être planté comme monoculture et permet la récupération des zones de terre dégradées. Il est recommandé dans l’arborisation des parcs et comme coupe vent dans les pâturages. Un arbre adulte produit en moyenne 800 fruits et peut atteindre jusqu’à 2000 fruits.

Cet arbre peut atteindre jusqu’à 15 mètres avec un tronc de 1 mètre de diamètre. Il fleurit en octobre et décembre et ses fruits sont mûrs à partir du mois de juillet.

Cette plante a des applications dans la médecine alternative L’écorce et la sève du tronc sont utilisées dans la phytothérapie populaire. La résine, les feuilles et les semences dans la médecine locale. L’écorce et le tronc du Jatoba sont indiqués dans le traitement des diarrhées, des coliques intestinales, des toux, de la bronchite, de l’asthme et des problèmes pulmonaires. Les feuilles sont utilisées pour le traitement des infections urinaires

La cueillette des fruits se fait au sol ou sur l’arbre, lorsqu’ils deviennent marron et commencent à tomber  spontanément. Ses fruits sont commercialisés. Les semences sont utilisées dans la confection de bijoux artisanaux.

Le jatoba est un fruit bien connu des indiens à qui ils confèrent des propriétés mystiques. Dans des temps reculés les indiens avaient la coutume de manger quelques morceaux de jatoba et de faire des séances de méditation. L’arbre est considéré aujourd’hui comme un patrimoine sacré du Brésil.

Buriti

Nom scientifique : Mauritia flexuosa

Cet arbre est présent dans toute l’Amazonie, formant des ensembles naturels homogènes tellement amples qu’ils parviennent à être détectés par les photos  Il est également connu sous le nom de miriti ou palmier miriti.

Cette espèce a une relation intime avec l’eau, dont elle a besoin pour ses fruits et pour activer ses semences. Pour la planter il faut laisser les semences de buriti tremper dans l’eau pendant 30 jours, en changeant l’eau tous les jours.  L’arbre produit beaucoup de fruits qui peuvent être consommés naturellement, sous forme de jus, glaces ou desserts

Le buriti possède de grandes feuilles en forme d’étoiles. Les fleurs sont disposées en grappes atteignant 3 mètres de longueur, de couleur jaune. Les fruits sont présents de décembre à juin.  Sa semence est ovale et comestible.

Avec le bois, les indiens fabriquent des canoes, des rames, des arcs et des fleches.  Les fibres sont utilisées comme cordes. La paille et les feuilles sont utilisées pour les toits des maisons, ainsi que pour l’artisanat regional.

Le buriti est très utilize dans l’artisanat pour la fabrication de sacs.

Le buriti est considéré par les indiens Kraho comme l’arbre de la vie. C’est une plante très importante dans leur culture. La paille enroulé faite de fibre de buriti sert à attacher le pénis. Pour eux il est honteux de marcher sans utiliser cette paille ou de marcher nu.  Cette  paille est mise lorsque les enfants deviennent adolescents. A partir de ce moment là la vie de jeux se termine, les responsabilités, le travail et le marriage prennent place.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots-clefs :, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Auteur :izidon

mon site est consacré à l'artisanat du Brésil et à des pauses poétiques

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

Deux ans au soleil |
Ragman en voyage |
Le pays des neiges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au bout du monde
| un an au pays des tacos
| A Canadian Adventure