« Camelô » de Copacabana. Sacs porte-bijoux

Copacabana

 

PETITS SACS BRESILIENS FAITS MAIN, PORTE-BIJOUX

img1545.jpg

sac porte-bijou

img1550.jpg

sac porte-bijou

img1551.jpg

sac porte-bijou

img1543.jpg

sac porte-bijou

img1547.jpg

sac porte-bijou

C’est sur Copacabana à Rio de Janeiro que j’ai trouvé les sacs porte-bijoux.
Dona Zélia qui les fabrique et les vends sur un stand dans la rue est de Rio. Elle choisit ses tissus pour proposer différents motifs, unis ou colorés.

Les sacs se présentent comme des bourses en tissu avec des cordons pour les ouvrir ou les refermer. A l’intérieur il y a un emplacement central pour les colliers et des emplacements plus petits pour ranger les boucles d’oreille ou les bagues.

Ces sacs porte bijoux sont légers, féminins, et très pratiques pour le voyage, permettant de tout emporter bien rangé, les bijoux sont faciles à retrouver.

Ce sac peut aussi permettre de ranger le maquillage.

C’est une idée ingénieuse et un travail original d’artisanat.

Les vendeurs ambulants à Rio de Janeiro

Rappelons ici que l’une des qualités du carioca est l’ingéniosité et la créativité. Les gens de Rio ont de l’imagination et l’esprit inventif. Ils osent proposer des idées nouvelles et aiment concevoir des projets hors du commun.

Le vendeur ambulant au Brésil, communément appelé camelô, est un commerçant des rues, qui fait généralement partie de l’économie informelle ou clandestine, spécialement dans les grandes villes.

Le terme camelô est un gallicisme  (il vient de camelot en français « vendeur d’articles de peu de valeur ».

-         Il existe une tradition importante de commerce ambulant au Brésil, qui trouve ses origines à l’époque coloniale. Ainsi les colporteurs qui vendaient et achetaient à domicile étaient appelés “pregoeiros” parce qu’ils s’annonçaient en criant le nom des marchandises. Ces marchandises étaient proposées, au quotidien, au domicile du consommateur et offraient un choix de produits très divers, allant du charbon en passant par les fruits et légumes, les glaces et sorbets, ou encore le lait frais, le pain ou des petites sucreries de différentes types (gâteaux, petits fours…) et, la plupart du temps, ces marchandises étaient cultivées ou fabriquées par le propre vendeur ambulant. Dans le cas de l’achat de produits, il s’agissait principalement de bouteilles vides et de journaux que le marchand récupérait aux domiciles des consommateurs.

-         Au fil du temps, on perçoit une décadence de cette forme de vente due à l’industrialisation et à la commercialisation des produits de consommation au travers des grands réseaux de distribution et des chaînes de supermarchés qui vendent ces produits meilleur marché ; en outre, le consommateur “moderne” préfère faire ses courses pour le mois ou la semaine et rentabiliser son temps au quotidien.

-          On entend souvent dire « les ambulants sont partout dans Rio et que, suivant les périodes de l’année, leur présence dans les rues, places de la ville devient intense». Certes les ambulants sont partout mais nous ajouterons : pas n’importe où ! En effet, leur installation près des établissements bancaires, des magasins, des arrêts de bus, des foires à l’artisanat, des marchés, sur les plages de la ville, est en relation avec les flux de clients qu’ils sont susceptibles de capter.

-          Nous remarquons aussi que plusieurs manières de nommer le vendeur ambulant existent : ambulant (ambulante), ambulants des sables (ambulantes da arreia), camelot (camelô), forain (feirante). Et ces dénominations sont souvent en lien avec le lieu : ambulants dans les rues et les plages, camelot au centre-ville et forains dans les marchés et foires. Ensuite sont apparues plusieurs appellations pour désigner leur support de travail, que nous avons tenté de traduire, d’une manière encore très approximative : kiosque (banca), point de vente plus ou moins mobile ou étal (ponto), stand (barraca), box (Boxes) en dur de 1m50 sur 1m50 , fermé par des grilles ou des rideaux de fer. Extrait de : Vendeurs ambulants à Rio de Janeiro : expériences citadines et défis des pratiques, Maria De Fatima Cabral Gomes et Caterine Réginensi

camelô

camelô

 Une particularité du Brésil, et de la ville de Rio de Janeiro, c’est que vous n’y verrez pas de mendiants. Ce n’est pas dans la mentalité brésilienne de mendier. Par contre vous verrez beaucoup de vendeurs ambulants, « camelô », ainsi que bien des petits boulots inventés, comme par exemple de garder votre voiture. Le service municipal existe mais à côté il y a des services non-officiels qui travaillent pour leur propre compte. Ils vous proposeront de vous aider à vous garer (avec forces de grands signes) puis de garder et de protéger votre voiture su soleil en y posant des cartons.

Allons faire un tour du côté de Copacabana

Copacabana

la plupart des gens ne voient même pas les vendeurs ambulants.

Sur la plage de Copacabana, les vendeurs ambulants marchent des kilomètres avec leur marchandise diverse et variée. Ils font partie du paysage naturel de la plage, la plupart des gens ne les remarquent même pas (comme cette jeune femme sur la photo). Ils vendent du maté glacé, des biscuits Globo, des glaces Kibon, des bikinis, des chapeaux, des paréos, des bijoux fantaisie… Il m’est arrivé d’acheter une glace et voilà que je n’avais pas assez de mannaie pour payer. Et bien le vendeur m’a dit « ce n’est pas grave, vous me paierez demain…moi je suis là tous les jours. »

plage et foolball

Deux passions, la plage et le football

Quel super look, avec son t-shirt football et ses chapeaux ! Je lui en prendrais bien un, pas vous ?

Rihanna

la chanteuse Rihanna achetant un bik

Sur cette incroyable photo, nous voyons la chanteuse Rihanna acheter un bikini à un vendeur ambulant sur la plage de Capacabana. J’aime assez le décalage entre  la simplicité et la facilité de ce geste et le look provoquant de ses robes de mode. Je me demande pourquoi une chanteuse connue  internationalement achète des bikinis de plage…Cela pourrait vouloir dire que les « camelô » de Rio ont une belle créativité et sont for séduidants !

Suivez le lien et voyez plutôt !

http://ego.globo.com/moda/noticia/2014/06/stylist-de-rihanna-fala-sobre-vestido-ousado-da-cantora-tao-nua.html

(traduction de l’article du lien) Portant une robe transparente, Rihanna n’est pas passée inaperçue sur le tapis rouge du Prix de mode FDA Fashion Awards, à New York, la nuit de ce lundi (quel look sous tous les angles !). La chanteuse a reçu le prix de l’icône fashion lors de la cérémonie réalisée par le Conseil de Stylistes de Mode de l’Amérique. La robe, signée par le styliste Adam Selman, est une suggestion de Mel Ottenberg, le styliste de Rihanna, avec plus de 200 mille cristaux Swarovski brodés.

“Tellement  nue”, commente Mel Ottenberg pour le site “Style.com”. “Je ne sais pas si c’est choquant.  Je suis tout le temps avec elle, ainsi ma perception de ce qui est choquant ou non est décalée. Pourtant je lui ai dit qu’elle était prête pour cette robe, alors que moi je n’étais pas prêt. Je suis puritain, mais j’y arrive”.

Le styliste Adam Selman a également parlé de la robe  qu’il a créée, portée par Rihanna. “Bien des gens n’ont pas dormi la nuit dernière. Je dirais qu’au moins 8 personnes ont travaillé sans arrêt depuis 20 heures dimanche jusqu’à 15 heures le lendemain pour réaliser les touches finales. Oui nous voulions donner à cette robe une touche de scandale (…) La mode œuvre sur la beauté, et le corps féminin en fait partie », affirme t-il pour le site.

Alors c’est peut-être sa spontanéité, trait de caractère bien carioca, qui explique son coup de coeur bikini de plage, et comme le dit sa chanson Right now:

« Tomorrow way too far away
And we can’t get back yesterday
But we young right now
We got right now
So get up right now
Cause all we got is Right Now »

Alors, alors, écoutons là (Right now)

Mots-clefs :, ,

Auteur :izidon

mon site est consacré à l'artisanat du Brésil et à des pauses poétiques

Une réponse à “« Camelô » de Copacabana. Sacs porte-bijoux”

  1. 7 novembre 2011 à 23:42 #

    bonsoir
    une bonne idée ces petits sacs à bijoux
    bravo aux femmes qui ont du talents.

    Dernière publication sur Liberté d'expression. : Professeur Jill_Patrice Cassuto:

Laisser un commentaire

Deux ans au soleil |
Ragman en voyage |
Le pays des neiges |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Au bout du monde
| un an au pays des tacos
| A Canadian Adventure